les mots sillons

les mots sillons

Du bois pour les cercueils (Claude Ragon)

Le commissaire Gradenne prend froid dans l’hiver du Jura. A la manière de Maigret, enquête « grippée », gendarmes trop « pressés » comme ce corps broyé par la machine…

Quelle idée aussi de confier à des officiers de marine à la retraite le renflouement d’une usine, dans ce « port de mer » sous la neige, au milieu des forêts ! 

 
 
Pour lire ce livre il faut avant tout aimer l'usinage de plaques de bois que les polars. 


Pour les premiers se sera un mine d'informations concernant la transformation du bois, mais pour les seconds... l'intrigue est aussi lente que l'écriture est apathique et notre commissaire, bien que sympathique, se traîne avec son rhume dans les froids jurassien sans réussir à éveiller une once de curiosité, malgré son jeune collègue dont la naïveté frôle parfois le cliché.

Et ce : "Vous reprendrez bien de cette Morteau, mijotée dans la potée de la veille, accompagnée d’un Poulsard… ?" (je vous passe le comté...) enfonce le clou !



14/05/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres