les mots sillons

les mots sillons

Et si c'était nous ? 3/3

 

Il court en tentant de semer ses poursuivants. Il essaye de faire un pas devant l'autre en vain. Ses pieds s'embourbent et patinent sur une espèce de goudron savonné. Il se retourne et voit une porte en chêne, immense. Il tambourine tant qu'il le peut, mais personne n'ouvre. Ses poings frappent à s'écorcher la paume, il tape de plus belle... Monsieur Chemain se réveille en sueur en entendant encore le bruit de ses poings contre le bois. En quelque seconde, les yeux agards, il réalise que quelqu'un frappe à sa porte. Sans plus attendre, il enfile sa robe de chambre pour accueillir son visiteur.
- Scusez M'sieur Ch'main, un recommandé !

 

C'est la troisième depuis l'annonce du projet. La première, usant et abusant de toutes les formes de politesse existantes pour une vente bradée de la maison. La deuxième effleurant la menace et le chantage pour leur départ et la troisième : l'ultimatum. Monsieur Chemain, ne pouvant supporter la lecture de la missive, sort précipitamment chercher le journal dans la boîte aux lettres, croyant qu'il lui changerait les idées. Mais depuis des mois, les gros titres ne parlent que de ça. La presse en a fait son choux gras. Pour elle c'est du biscuit à grignotter avec parcimonie, un gâteaux à déguster en ce gardant le meilleur morceau pour la fin. Aujourd'hui, nos reporters se délectent à décrire minutieusement le suicide de Mr Chavalot. "...il se serait donné la mort au milieu de ses vignes avec sa carabine de chasse, laissant un message à sa femme lui demandant de lui pardonner son geste. En effet, Mr Chavalot disait souvent ne pas vouloir céder sa vigne, propriété familliale depuis plus de cent ans. Ses amis témoignent de sa fierté quant à la saveur de ses vins vendus dans le monde entier. Rappelons que le prestige et la qualité des vins de cette région est en grande partie grâce à la richesse de son terroir...

- Tu te rend compte ! Ils osent dire que la qualité de nos vins sont uniquement dû à la terre ! Ils se prennent pour qui ses journaleux qui n'y connaissent rien !
- Si la terre n'était pas la meilleure, il n'y aura pas de vin chéri...
- Alors tu leur donnes raison !
- bien sur que non, mais même s Marcel était bon vigneron, il possédait un des meilleur terroir... tu sais aussi bien que moi que tout le pays a une terre plus riche qu'ailleurs !
- ah ! tais toi tu m'agaces ! Marcel Chavalot est mort et toi tu me fais de la philosophie ! Tu réalises qu'ici, sous nos pieds, il va bientôt y avoir des milliers de palmiers ! tout ça pour produire de l'huile de palme moins chère et en avoir sous la main. Une première en France qu'ils disent... et nous, ils pensent à nous ???
- Ils se fichent de nous et tu le sais. On aurait dû vendre la maison tant qu'il était encore temps...
- NON ! NON ! ET NON ! jamais tu m'entends, JAMAIS... tiens je vais faire comme Marcel, me tirer une balle sur le toit de ma maison !

Silence. Monsieur et Madame Chemain n'osent pas penser à l'irréparable. Tout en tournant leur petite cuillère dans leur bol avec la lassitude du soleil qui s'écrase dans la mer, ils savent...Ils savent que les monstres mécaniques viendront prochainement raser leur maison comme celle des villages voisins. Les caméras seront là pour lécher leur misère. La presse se précipitera pour compatir hypocritement le temps d'un témoignage larmoyant. D'autres, ailleurs, regarderont, liront et se diront le temps d'une petite seconde "les pauvres" "pas de chance" "c'est malin" " dans quel monde vit on" ... et le manège continuera sa ronde aux yeux du monde.


 

Hommage aux milliers de clans,familles et villages indigènes

se faisant expulser de leur forêt 

 




13/05/2012
2 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres