les mots sillons

les mots sillons

Ken FOLLETT / 5 livres

Dans l'Angleterre du XIIème siècle ravagée par la guerre et la la famine, des êtres luttent chacun à leur manière pour s'assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l'amour, ou simplement de quoi survivre. Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle. Les fresques se peignent à coups d'épée, les destins se taillent à coups de hache et les cathédrales se bâtissent à coups de miracle... et de saintes ruses. La haine règne, mais l'amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foides hommes.

 

Très bien documenté, ce livre nous emmène là où l'on aurait jamais imaginer aller : sur le chantier de la construction d'une cathédrale sur un fond cent pour cent romanesque. L'amour, le pouvoir et ses jalousies, les turpitudes d'une vie difficile de crève la faim, la réussite , tout, il y absolument tout pour ne pas lâcher le livre avant la fin. J'aurais néanmoins un bémol : j'ai trouvé les "méchants" un peu trop... méchants et les "gentils" trop gentils, bref le caractère des personnages manquent un peu de subtilité. Mais ça n'a pas suffit à faire bouder mon plaisir !

 

 

 

 

1327. Quatre enfants sont les témoins d une poursuite meurtrière dans les bois : un chevalier tue deux soldats au service de la reine, avant d enfouir dans le sol une lettre mystérieuse, dont le secret pourrait bien mettre en danger la couronne d Angleterre. Ce jour scellera à jamais leurs destinées... 
Gwenda, voleuse espiègle, poursuivra un amour impossible ; Caris, libre et passionnée, qui rêve d être médecin, devra défier l autorité de l Église, et renoncer à celui qu elle aime ; Merthin deviendra un constructeur de génie mais, ne pouvant épouser celle qu il a toujours désirée, rejoindra l Italie pour accomplir son destin d architecte ; Ralph son jeune frère dévoré par l ambition deviendra un noble corrompu, prêt à tout pour satisfaire sa soif de pouvoir et de vengeance.
Prospérités éphémères, famines, guerres cruelles, ravages féroces de la peste noire... Appuyée sur une documentation historique remarquable, cette fresque épique dépeint avec virtuosité toutes les émotions humaines, à travers un demi-siècle d histoire mouvementée...

 

Pour tout ceux qui ont quitté les piliers de la terre avec une note de nostalgie ! Un monde sans fin se joue cette fois autour de la construction d'un pont, alors, oui un peu revu, corrigé et beaucoup moins palpitant que l'édification d'une cathédrale mais on retrouve avec bonheur les déscendant de Merthin et Caris ! Ken Follett ne mache toujours pas ses personnages qu'il façonne sans demi mesure, néanmoins, les mille pages se dévorent malgré quelque petites longueurs. 

 

 

 

 

L'auteur du Code Rebecca et de l'inoubliable fresque des Piliers de la Terre nous emmène ici, avec sa prodigieuse science de l'intrigue, au coeur de l'Angleterre victorienne.En 1866, plusieurs élèves du collège de Windfield sont les témoins d'un accident au cours duquel un des leurs trouve la mort. Mais cette noyade est-elle vraiment un accident ? Les secrets qui entourent cet épisode vont marquer à jamais les destins d'Edward, riche héritier d'une grande banque, de Hugh, son cousin pauvre et réprouvé, de Micky Miranda, fils d'un richissime Sud-Américain. Autour d'eux, des dizaines d'autres figures s'agitent, dans cette société où les affaires de pouvoir et d'argent, de débauche et de famille, se mêlent inextricablement derrière une façade de respectabilité.

 

Bien que je me sois laissée embarquer dans ce nouveau voyage de Ken Follett je suis malgré tout un peu déçu par ces personnages (les méchants et les gentils) dont les caratères et projets sont dépeins sans demi-mesure : les vipères sont cruels et anthipatiques à souhait et les bons sont si aimables et généreux que ça en devient louche !

Mais je n'enlève pas à l'auteur sa formidable aisance littéraire à manier plusieurs intrigues à la fois dans un univers toujours merveilleusement documenté. La marque de Windfield occupera à merveille vos longues soirées d'hiver ou vos instants volés sur une plage en été !

 

 

 

En 1911, les grandes puissances vivent leurs derniers instants d’insouciance. Bientôt la guerre va déferler sur le monde... Cinq familles - américaine, russe, allemande, anglaise et galloise - vont se croiser, s’aimer, se déchirer, au rythme des bouleversements de l’Histoire : la Première Guerre mondiale et la Révolution russe. Les Williams, une famille galloise de mineurs est liée par amour et par inimitié aux Fitzherbert, aristocrates et propriétaires des mines. Ethel Williams connaîtra une passion secrète avec le comte Fitz, marié à la princesse russe Béa, fille du tsar… et s’engagera en politique, défendra le droit de vote des femmes.

 

Billy Williams quittera la mine pour les tranchées de la Somme, puis le front russe… La farouche Lady Maud Fitzherbert tombera amoureuse de Walter von Ulrich, espion de l’ambassade allemande à Londres. Leurs routes croiseront celles de l'ambitieux Gus Dewar, collaborateur du président américain Wilson, et de deux frères russes orphelins, Grigori et Lev Peshkov, dont le projet d’émigrer se heurte à la guerre, la mobilisation et la Révolution…Passions contrariées, rivalités et intrigues, jeux de pouvoir, coups du sort… Cette gigantesque fresque brasse toute la gamme des sentiments humains et dresse une galerie de portraits saisissants : des personnages exceptionnels, passionnés, ambitieux, attachants, tourmentés, qui bravent les obstacles et les peurs pour s’accomplir en dépit des tragédies qui les emportent.Entre saga historique et roman d’espionnage, histoire d’amour et lutte des classes, Le Siècle, la nouvelle épopée de Ken Follett en trois volumes, traverse la période la plus agitée, la plus violente et la plus complexe des temps modernes : la grande aventure du XXe siècle…

 

C'est une célèbre histoire que nous relate Ken Follett dans La chute des géants, puisque c'est la notre, la votre, la leur ! Celle de cette première guerre mondiale de 1914-1918, mieux qu'un cour d'histoire, nous redécouvrons, page après page les dérrapages diplomatiques, les alliances et l'orgueil des aristocrates de l'époques qui ont conduit le monde en déroute. Walter l'Allemand, Gus L'Américain, Fitzerbert l'Anglais, Grigori le Russe et tous les autres : Billy le mineur instruit, Ethel qui, après avoir mangé son pain noir, verra son destin transformé à coup de lutte journalistique, Maud l'aristocrate militante mais amoureuse... Qu'ils veulent la guerre ou tentent de sauver la paix, on les aime et on s'attache à ses personnages romanesques qui rencontre des personnalités réelles avec vérité et crédibilité. 

 

Bien que l'auteur se perdent un peu dans des détails abondants, notamment lors de conversations entre aristocrates, qui font de quelques passages des moments un peu lourds, La chute des géants est un livre exeptionnel où l'auteur fait se croiser le romanesque et le réelle avec le talent d'un illusionniste ! 

 

 

 

Entre 1933 et 1949, des salles de bal de Buffalo aux chambres du Parlement anglais, de la bataille de Normandie au terrible Blitz, L'Hiver du monde entraîne le lecteur dans le tourbillon de la Seconde Guerre mondiale.

Dans La Chute des géants, cinq familles – américaine, russe, allemande, anglaise et galloise – se sont croisées, aimées et déchirées au rythme de la Première Guerre mondiale et de la Révolution russe. À l'aube des grands bouleversements politiques, sociaux et économiques de la seconde moitié du XXe siècle, ce sont désormais leurs enfants qui ont rendez-vous avec l'Histoire. 
Pouvant se lire indépendamment du premier tome, L'Hiver du monde raconte la vie de ces êtres au destin enchevêtré pour qui l'accession au pouvoir du IIIe Reich et les grands drames de la Seconde Guerre Mondiale changeront le cours de leur vie pour le meilleur comme pour le pire. 

Carla von Ulrich, née à Berlin d'un père allemand et d'une mère anglaise, va subir de plein fouet les affres du nazisme jusqu'à ce que, décidée à reprendre sa vie en main, elle entre en résistance... Les frères américains Woody et Chuck Dewar, chacun portant un lourd secret, empruntent deux voies différentes au moment de l'entrée en guerre des États-Unis, l'un s'engageant dans la politique à Washington, l'autre combattant dans la jungle des îles du Pacifique... Lloyd Williams, brillant étudiant et très engagé politiquement, à l'instar de ses parents, se porte volontaire pour combattre les fascistes durant la guerre civile espagnole, au prix de certains de ses idéaux... Daisy Peshkov, belle et ambitieuse jeune fille, s'éprend du mauvais garçon, le suffisant et lâche Boy Fitzherbert, avant de prendre conscience que le véritable amour n'est ni intéressé ni prévisible... Quant à Volodya, le cousin de Daisy, espion pour les renseignements russes, il va peu à peu remettre en question les agissements de son gouvernement au point que ses actes affecteront non seulement cette guerre, mais également la Guerre froide à venir. 

 

La suite d'un premier tome ? Non, ce deuxième opus est simplement la suite de l'Histoire où la descendance prend le relais. Ils ont grandi Llyod Williams, Boy Fitzerbert, Daisy Pechkov, Woody Dewar, d'autres aussi apportent de l'eau au moulin de la construction ou de la destruction du monde dans lequel nous vivons aujourd'hui.

Pour ne pas être frustré, il ne faut pas perdre de vu le romanesque de l'hiver du monde afin de prendre avec indulgence les destins épiques des personnages,  telles que des retrouvailles improbables ou des situations utopiques. Malgré tout, Ken Follett, tient sa plume avec cohérence et force de détails pour nous plonger une fois de plus avec jubilation dans ce passé si proche.



14/05/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres