les mots sillons

les mots sillons

Vendue ! 1/2

Le printemps arrive avec ses gros sabots de pollen allergisant, de promesses caniculesques et de petits écriteaux qui fleurissent aux abords de nos départementales :  MARCHE AUX PUCES. c'est parti ! Enfin on va pouvoir se promener, petit gilet jeté sur l'épaule d'un air décontracté à zieuter les débarras que nous offre monsieur et madame Lambda. 

 

Justement, durant le déménagement afin de vendre la maison de feu sa belle-mère, Mme Lambda a fait une trouvaille miraculeuse dans le grenier : Une cafetière. Une vraie comme on en fait plus. Couverte de poussière et médaillée de toiles d'araignée, elle trône sur une vieille étagère vermoulue. En métal alu, sa haute taille et ses parois à facettes, lui donne des airs de jeune première dénudée. L'anse est en bois tout comme le petit bouton sur le couvercle. Mais ce qui fait toute sa grâce et son prestige, c'est ce magnifique bec-verseur, qui se dresse en courbes délicates comme la trompe d'un éléphant heureux. Mon Dieu, seigneur, doux Jésus en voilà une rareté qui sera la star sur son étale du marché aux puces de Mourmont-sous-les-Mines !

 

Toutes affaires cessantes, elle se retrouve penchée au dessus de son évier tel un chirurgien sur sa table, pour l'opération de sa vie. De un : démontage. De deux : lavage à la brosse à dent mousseuse de produit vaisselle ultra dégraissant. De trois : rinçage. De quatre : déception... la bête est encrassée de taches brunes repoussantes et de traces jaunâtres tapies dans les recoins. Beurk, elle n'en tirera qu'une dizaine d'euros si elle ne trouve pas une solution.

 

Le puits de science d'internet lui offre quelques petits trucs. Elle découvre le savon noir pour enlever la graisse ! ça maaaaaaarche ! Puis le bicarbonate de soude pour détacher les parois des souillures brunes. Pour finir, mais ça elle le connaissait, vinaigre blanc bouilli pour détartrer... c'est pas encore la panacée mais elle sent qu'il se passe quelque chose entre elle et l'antiquité... Aller hop, elle en rajoute une couche, frotte, brique, décape, gratte. Son dos lui fait mal, sa tendinite du coude est en feu et ses mains vieillissent à vu d'œil dans l'eau crasseuse mais elle ne se décourage pas et ... laisse tremper.

 

Le lendemain, elle retrouve dans son bain poisseux, quasi débarbouillée, ce qui est devenu sa meilleure amie. Reste encore quelques éclats colorés, une ou deux empreintes de calcaire et une bosse. Loin de se désespérée, Mme Lambda regarde avec vénération ces indices du passé, le cachet d'un objet utilisé en d'autres temps, les preuves tangibles d'une pièce authentique. Mr Lambda, s'autorise un petit effort de patience et consent à frotter le bois avec une paille de fer pour y enlever des stigmates de crasses en rêvant d'un joli billet orange... Demain, c'est sûr, elle partira à la première heure.

 

Suite

 



18/03/2014
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres