les mots sillons

les mots sillons

Yasmina KHADRA / 3 livres

 

Dans les ruines brûlantes de la cité millénaire de Kaboul, la mort rôde, un turban noir autour du crâne. Ici, une lapidation de femme, là des exécutions publiques, les Taliban veillent. La joie et le rire sont suspects. Atiq, le courageux moudjahid reconverti en geôlier, traîne sa peine. Le goût de vivre a également abandonné Mohsen, qui rêvait de modernité. Son épouse Zunaira, avocate, plus belle que le ciel, est désormais condamnée à l'obscurité grillagée du tchadri. Alors Kaboul, que la folie guette, n'a plus d'autres histoires à offrir que des tragédies. Le printemps des hirondelles semble bien loin encore...

"Un cri déchirant au cœur de la nuit de l'obscurantisme." Alexandra Lemasson - Le Magazine littéraire

J'ai lu beaucoup de témoignages et romans sur le thème de l'Afghanistan, tous parlent du malheur des femmes SAUF celui-ci qui évoque aussi la terrible épreuve des hommes à vivre sous le régime taliban. Ces époux aimants, obligés d'accompagner leur femme comme on promène son chien, forcés de leur jeter des pierres pour se sauver eux-même, assigné à devenir leur geôliers. "les hirondelles de Kaboul" ou l'hommage à tout  un peuple opprimé.

  

Dans l'Algérie coloniale, le jeune Younes est confié à son oncle, pharmacien, afin d'échapper à la misère que connaît sa famille. Il grandit au milieu de jeunes Blancs, oubliant presque ses origines arabes. Ses amis européens et lui forment une bande d'inséparables. Mais, un jour, une Française beaucoup plus âgée que lui posera un geste aux conséquences imprévisibles...

 


       

 un avis sur le blog je me livre

 

 

 

 

 

Dans un restaurant de Tel Aviv, une jeune femme se fait exploser au milieu de dizaines de clients. À l'hôpital, le docteur Amine, chirurgien israélien d'origine arabe, opère à la chaîne les survivants de L'attentat. Dans la nuit qui suit le carnage, on le rappelle d'urgence pour examiner le corps déchiqueté de la kamikaze. le sol se dérobe alors sous ses pieds : il s'agit de sa propre femme. Comment admettre l'impossible, comprendre l'inimaginable, découvrir qu'on a partagé, des années durant, la vie et l'intimité d'une personne dont on ignorait l'essentiel ? Pour savoir, il faut entrer dans la haine, le sang et le combat désespéré du peuple palestinien? 

 

Prix des libraires 2006.

 

 

Ce livre est une déchirure dans un drap de velour qui fait apparaître la vérité insoutenable ; alors commence la quête d'un homme pour comprendre sa femme. Malgré une écriture rude et sans détour, Yasmina khadra est en parfait équilibre entre la réalité des violences et une réserve pudique.

 



11/12/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres