les mots sillons

les mots sillons

Chat leurre

Adaptation de la nouvelle du même nom

 

 

Comme chaque jours, dans son fauteuil, elle se repose,  

Sur ses genoux, je frotte mes moustaches et me pose.  

Nous sommes allés, ce matin, tailler les roses,  

Ensemble, s'occuper de mille et une petites choses.  

 

Le crépuscule s'invite dans la petite maison,  

En temps normal, mamie allume des lumignons,  

Lit le journal, me prépare un bon gueuleton,  

Avant d'aller me lover sur son édredon.  

 

Mais aujourd'hui, quelque chose me semble changé,  

Comme ce silence que même un souffle ne vient briser.  

Bien que je m'agite, ronronne, miaule pour le combler,  

Je sais que, de Ma Dame, la nuit s'est emparée.  

 

Quel est ce vide qui surprend sans pré-avis ?  

Quelle est cette vie qui me reprend ma douce amie ?  

Pour les quelques heures qu'il nous reste, je me blottis,  

Dans la chaleur de celle qu'on nommait « La Gabie ».  



09/04/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres