les mots sillons

les mots sillons

La Courée (Marie Paule Armand)

 

Constance sort à peine de l'enfance lorsque son existence bascule brutalement dans l'horreur. Hier encore, elle jouait dans la couréee de son immeuble. A quatorze ans, elle se retrouve orpheline et doit entrer en usine. Dès lors, chaque matin, elle sera réveillée à cinq heures par les cloches de la fabrique. Chaque soir, elle ressortira abrutie par le vacarme des métiers. Pour échapper à ce cauchemar, elle épouse Bart, un ouvrier belge. Trouvera-t-elle enfin auprès de lui le bonheur qui lui a toujours été refusé ? La suite de l'histoire, c'est Charlotte, sa fille aînée, qui nous la raconte. Ainsi se poursuit le voyage dans ce Nord de la fin du siècle qu'éclairent l'amitié, le courage et l'espoir. Un grand roman qui donne enfin une parole digne d'eux à ces gens du peuple qui, en leur temps, n'avaient guère le droit de la prendre.

 

A travers son roman, Marie-Paule Armand nous emmène dans les labyrinthes sombres et dangereux des mines du nord de la France. Dans un décor qu'elle reconstitue avec les détails d'une peinture, nous évoluons dans l'histoire des premiers congés payés, de la mer que l'on voit pour la première fois, des jeunes patrons qui industrialisent, des petites mains qui cherchent la pierre noire... au rythme des amours, des naissances, des décès, des grands malheurs et petits bonheurs, de la vie des hommes et femmes dont l'horizon est la survie.



14/05/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres