les mots sillons

les mots sillons

Le passeur de lumière (Bernard TIRTIAUX)

 
 
 " La lumière est diffuse ", dit Rosal de Sainte-Croix au jeune Nivard de Chassepierre. " Elle est fugace, changeante, capricieuse. Elle a toutes les ruses. Jamais tu ne seras satisfait de ton ouvrage, si beau soit-il. Jamais tu n'auras assez de couleurs dans tes casiers pour donner vie à un vitrail comme tu le souhaites, jamais tu n'auras la certitude de colorer juste comme on chante juste. Qu'importe! Tes pas partent du feu et tu dois atteindre le feu, devenir un maître en ton art. " Nivard ne déçut pas le chevalier qui attendait de lui la plus vertigineuse escalade jamais rêvée vers la lumière. Animé par une passion presque charnelle pour le verre et ses sortilèges, il récolte d'Orient en Occident les couleurs alchimiques de nos cathédrales. Il oeuvre en Bavière, à Saint-Denis, au Mans, à Chartres... La quête déchirée de ce " passeur de lumière " sera alors celle d'un artisan sublime, funambule oscillant entre le ciel et l'ombre...
 
 
 
 
Quel bel aventure que ce voyage dans la lumière en plein cœur du moyen-âge. Bernard Tirtiaux, maître verrier, nous contes avec passion son art aujourd'hui disparu. Loin des caricatures grotesques, Il nous dépeint une époque où les femmes avaient une place prépondérante dans la société. Il modèle ses personnages comme on manipule le verre chaud : avec agilité et authenticité, tout en demi-mesure. Car, qu'est ce que la lumière sans la part d'ombre ? De la splendeur de la vie à la cruauté de la mort, le passeur de lumière est un roman qui rayonne des milles couleurs de l'existence.
 


04/01/2014
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres