les mots sillons

les mots sillons

Accident mortel au travail , pour elle personne ne portera plainte / 15.09.2012

6h. Elle quitte le foyer pour rejoindre son labeur quotidien. Son ordre de mission lui indique un petit terrain entre deux vignes où les marguerites sont très épanouies en ce joli matin d'automne.

10h. Elle rentre à l'atelier pour y déposer sa récolte.

10h05. La voilà repartie au champs de fleurs. Soudain, elle ressent quelques nausées et la tête en bourdon. Mais pour elle, il n'existe pas d'arrêt de travail. Elle a un devoir à accomplir.

10h35. Étrangement fatiguée, elle fait une entorse au règlement et se pose un instant sur une marguerite.

 

14h04. Je rentre de mon labeur quotidien. Le soleil est encore chaud malgré les premières feuilles rousses annonçant le crépuscule de l'année. Mon chien n'a d'yeux que pour mes chaussures de marche. Ses aboiements enthousiastes me pressent à faire les quelques mètres en bordure de route avant de lui donner sa liberté.

14h36. Mon compagnon prend de la distance. Il m'attend sur un petit terrain entre deux vignes où les marguerites sont très épanouies en ce bel après-midi d'automne. Quelle chouette idée ! Depuis quand n'ai-je pas cueilli un bouquet ? Une. Deux. Trois. Quatre. La petite fille en moi se réveille et me met au défi de faire le plus gros bouquet possible. Cinq. Six. Sept. Hu...

14h49. De surprise, je lâche ma toute petite brassée. Il y a, sur le centre jaune d'une marguerite encore piquée en terre, une toute petite abeille couchée sur le dos. Si je regarde de plus près, je vois entre ses pattes du pollen fraîchement récolté.

 

D'abord, je n'y attache que peu d'importance. Ce n'est qu'un insecte. Un de ceux que je piétine avec impatience. Une bestiole que j'écrase contre le mur vitupérant contre la petite victime qui me laisse une tâche indélébile en lieu et place du crime. Un petit parasite qui me zzzttt zzzzttt dans les oreilles quand j'essaye de m'endormir.

 

Mais, après réflexion, je me dis que je suis devant un cas grave de la nature contemporaine : une abeille est morte pendant son travail. Elle se pose sur une marguerite à l'allure innocente et "tchoc !" son pollen empoisonné l'emporte dans l'autre monde sans autre forme de procès.

 

Empoisonnée...  Mais qui ? Quand ? Quel est ce produit qui a tué l'ouvrière ?

 

Tant de questions que je laisse à son avocat, quand le mari de madame se retournera contre de l'entreprise. Oups ! pardon, pour elle personne ne portera plainte.



15/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres