les mots sillons

les mots sillons

Il l'attend / 04.01.2014

Le réveil envoie ses premières notes que déjà il pense à elle. Mais il s'est juré qu'il ne la toucherait pas. Il se lève laborieusement une quinte de toux rauque pour seule compagne. Ses doigts tremblent en versant la juste dose de café dans le filtre, il se demande s'il ne pourrait pas juste la voir un instant. Le temps que s'écoule les gouttes brunes. Brune, sa peau, qu'il touchait de ses lèvres au petit matin. Il attendra, il se l'ai promit. Une promesse qu'il tente de tenir en regardant la rue par la fenêtre. Tout à coup, son corps est pris d'une frénésie incontrôlable : la retrouvée, maintenant, tout de suite. A pas militaire, il rejoint la cuisine, abandonne sa tasse dans l'évier, tape brutalement sur l'interrupteur de la salle de bain, s'envoie des giclées d'eau sur le visage, sort, se cogne le petit doigt de pied dans l'angle de la porte. 

 

Un cri salvateur s'extirpe de ses poumons. Le mal sort de ses entrailles avec la réalité brute d'un corps fin et doux qui manque à en pleurer. Pourquoi n'est-elle pas là, avec lui ce matin ? Quel serment stupide ! Et si elle était encore là ... dans une autre pièce... sans qu'il ne l'ai vu... Assis dans le couloir, son pied meurtri entre les mains, il sait, au fond de lui que rien ne sert de chercher. Il se relève avec l'espoir des retrouvailles au coin de la rue. Comme un soldat accabler rentrant au foyer, Il retrouve sa chambre en boitillant. Son odeur est partout : tatoué aux murs du couloir, imprimée sur les draps de son lit, fixée sur le mobilier, incrustée dans l'air. Avant d'enfiler son pull, il le colle à son nez pour respirer son parfum à grande goulée. Bientôt...

 

Les escaliers sont avalés de ses pas pressés, la porte s'ouvre sur le froid de l'aube qu'il reçoit au visage avec ravissement. Il balaie la rue de son regard enjoué. Enfin, elle l'attend, il l'a prend entre ses doigts plein de désir et la porte à ses lèvres, sa cigarette.

 

Merci à cet anonyme

qui, en sortant de chez lui, rue Perrin à Lons le Saunier,

portait une cigarette à sa bouche  avec un plaisir non dissimulé.



09/01/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres