les mots sillons

les mots sillons

Le goût salé des larmes

 

eba5102bd4ce7e1684adcc2d3551a5b0.pngon histoire commence en des contrés lointaines, dans un pays appelé Bretagne où vit une jeune femme qui devra choisir entre l'amour patrie Karantez Vro ou l'amour d'un homme Karantez Den.  

Cet homme, dans la force de l'âge, venait d'une toute petite région appelée Jura. Il avait entrepris ce long et périlleux voyage pour apprendre les secrets du commerce avec son père : Quel matelot n'a pas aujourd'hui son morceau de Comté dans sa cantine ?  

 

Le jeune homme, bien que vif et intelligent, avait plus le caractère du rêveur que de l'entrepreneur. Et quand il rencontra la plus douce, la plus belle et la plus gentille des filles qu'il n'ai jamais connu, il en tomba amoureux sans nul espoir de retour. La jeune bretonne, se laissa charmer par cet homme venu d'ailleurs au corps solide et au regard doux. Et pendant que le père faisait des affaires, le fils découvrait la puissance de l'amour dont la force naissait d'une femme si fragile. 

 

Bien qu'il faille rentrer au pays des lacs et des forêts, notre amoureux fou, ne put se résoudre à abandonner son âme sœur et lui demanda sa main et sa vie. Hélas, il ne savait pas qu'il se heurtai à un rival, bien plus grand, bien plus beau, bien plus fort et qui possédait déjà le cœur de la jeune femme : l'océan.  

 

La veille de son départ, l'homme du Jura lointain, alla sur les rivages crier son désespoir et supplier le géant de libérer le cœur de la seule femme pour laquelle il était destiné. Mais, on ne prend pas l'âme d'une bretonne, si amoureuse soit elle...  

Le cœur déchiré, la jeune fille regarda son Jurassien s'éloigner comme on aperçoit, impuissant, chavirer un navire.  

 

Les larmes accompagnèrent le malheureux durant la longue traversée de la France. Des larmes au goût de sel, comme si l'océan lui avait donné un peu de lui-même en gage de retour en terre Bretonne. Mais jamais, plus jamais il n'y retournerai.  

 

Ne pouvant plus arrêter le flot de larmes ruisselantes, il mourut peu de temps après être rentré chez lui. La légende affirme que ses yeux continuaient de pleurer après que son cœur ait cessé de battre. Voulait-il faire naître l'océan dans son pays natal pour attirer sa belle ? Ce que l'on peut dire, c'est que, depuis, des sources d'eau salée sont nées dans les profondeurs des terres Jurassienne. 



09/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres